L’hapax et La Croisée

Un hapax est un mot dont on n’a qu’un seul exemple, tel « AREPO » du célèbre palindrome carré romain

Hapax nominal car ici c’est une seule personne qui a porté ce nom.

J’ai découvert ce nom dans un acte de mariage qui a eu lieu le 29 novembre 1847 à Lamballe (Côtes d’Armor) : Onésime Dubois de Saint Gonant épouse Jeanne Alexandrine La Croisée dite du Préblanc Urvoit de Saint Mirel. Elle signe « Jeanne Alexandrine La Croisée du Preblanc Urvoit de St Mirel »

La Croisée du Préblanc

Archives des Côtes d’Armor

 

Tout apparaît ici comme un mariage parfaitement bourgeois.

La mariée n’a pas de parents nommés dans son acte de mariage mais un père adoptif : Henri Charles Urvoit de Saint Mirel.

A ce stade on imagine un homme qui n’a pas d’enfants de son mariage et qui adopte une nièce, ou une petite cousine, orpheline ou désargentée. Laquelle a accolé le nom de son père adoptif au sien.

Comme ses date et lieu de naissance sont indiqués sur son acte de son mariage, direction Lannion (Côtes d’Armor) le 23 octobre 1824 pour en savoir plus.

On y apprend qu’Alexis Olivier, mercier, âgé de 22 ans, et Théodore Guigné, poissonnier, âgé de 19 ans, s’étaient levés à 4h30 du matin pour aider à charger les mannequins de Marc Quelvennec(?), chapelier, qui allait à la foire de Guerlesquin. Ils ont entendu un enfant pousser des cris, ce qui les a attiré près de l’auditoire de la ville de Lannion. Là sur une des fenêtres ils ont découvert un panier avec un bébé.

L’officier d’état civil nous donne ensuite un descriptif précis « enfant de sexe féminin, placé dans un mauvais panier de clisse dans lequel se trouvait deux chemises de toile, un petit bonnet de soie brun et un de toile garni en dentelle, quatre drapeaux et une bande de toile avec trois mauvais morceaux de torchon, que le dit enfant était en outre revêtu d’habillement suivant, savoir un petit bonnet de toile garni de petite dentelle, et un de soie brun, un petit corset en flanelle blanc avec une petite chemise de toile, un drapeau de la même espèce, et une maillure d’étoffe brun foncé ». L’enfant est envoyée, avec ses effets, à l’hospice de charité. Et l’officier d’état civil lui attribue le nom de Jeanne Alexandrine La Croisée.

Libre à chacun d’apprécier l’humour de l’officier d’état civil. L’enfant ayant été trouvée sur le rebord d’une fenêtre, d’une croisée comme on pouvait dire à l’époque, il la nomme « La Croisée ».

On a l’explication pour le début et pour la fin de son nom en 1847. Reste « du Préblanc », pourquoi, comment cela est venu s’adjoindre à « La Croisée », mystère.

Ce que l’on sait par contre c’est que son père adoptif, Henri Urvoit de Saint Mirel, était magistrat à Lannion en 1824. On aurait envie d’émettre des hypothèses, mais pas de début d’esquisse de preuves…

Et ce que j’ai trouvé remarquable, c’est le soin dans la description des affaires qui entouraient l’enfant à sa découverte. Est-ce pour servir de preuve si on retrouvait la mère ? Ou pour que la mère puisse éventuellement retrouver l’enfant ?

Si vous avez une idée, elle est la bienvenue !

Kenavo

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s